Agnès BAILLON

À PROPOS DE L’ARTISTE

Les yeux, dit-elle, sont la colonne vertébrale de l’œuvre.

C’est dans son atelier, assise sur son tabouret, en tablier, qu’Agnès Baillon sculpte dans l’intimité. Elle tord, assemble, peint et polit, travaille la cire, la résine, le papier mâché, la porcelaine ou le bronze, couvre à la feuille d’or et, avec la modestie des grands artistes, affine, ponce, échenille et perfectionne ce qui, peu à peu, tient debout et s’élève.

Vincent AlmendrosParis, février 2017